Cris Tales – Test sur Nintendo Switch

cris-tales-1.jpg

Cris Tales est, avant tout, un jeu indépendant. Ce qui est très important à souligner, car de par sa direction artistique aux petits oignons et ses mécaniques de jeu, on en viendrait presque à l’oublier. Et en même temps quel renouveau du genre ! Même s’il a tout de même quelques défauts qui reviennent parfois de manière récurrente, il n’en reste pas moins une très belle surprise (pour ma part bien entendu), qui mérite très clairement toutes ses nominations, qui ne sont d’ailleurs pas négligeables avec leur nombre de 19 !

Mais concrètement, Cris Tales ? C’est quoi ? Eh bien c’est un hommage aux JRPG ( jeux de rôles japonais) ! Ou plutôt une déclaration d’amour pour ces derniers, car bien qu’il s’en inspire grandement, il ne se repose pas sur les acquis de ceux qui l’ont précédé et se permet, de manière très efficace, d’apporter sa propre touche au genre ! C’est même ce qui fait briller le jeu de mon point de vue. Car ses mécaniques sont aussi utiles en combat que dans l’histoire elle-même, ce qui prouve à quel point elles sont subtilement bien utilisées.

Et pourtant, sur papier, elles sont terriblement simples, parce qu’elles ne sont jamais que la capacité à voyager dans le passé et l’avenir à souhait. En effet, Cris, notre héroïne principale, se retrouve du jour au lendemain avec la capacité de voir le passé et le futur, ainsi que le pouvoir d’y envoyer d’autres personnes. Mais le véritable génie dans tout ça, c’est la manière avec laquelle ce pouvoir est utilisé. En effet, vous pourrez tout aussi bien voyager dans le temps afin d’aller rechercher des objets qui n’existent plus, ou pas encore, mais aussi envoyez vos adversaire dans le passé pour les faire rajeunir et s’affaiblir, ou au contraire les empoisonner dans le présent puis les envoyer dans l’avenir pour voir les effets du poison s’activer d’une seule traite ! Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres, car les différentes combinaisons qu’offre cette mécanique de jeu sont très, très nombreuses.

cris-tales-1.jpg

D’ailleurs, grâce aux pouvoirs de Cris, vous pourrez voir en direct les trois temporalités qui sépareront votre écran. Sur la gauche le passé, le centre le présent, et la droite le futur. Ce qui donnera parfois lieu à des plans véritablement magnifiques qui mêleront les trois tableaux pour créer la fresque des conséquences de vos actes.

Mais comme tout jeu de rôle qui se respecte, il ne serait pas aussi bon sans une histoire dans laquelle évoluer, et surtout qui tient la route. Et l’univers dans lequel se passe Cris Tales est intéressant, pour ne pas dire captivant. Car bien que l’histoire soit profitable sans trop y poser de réflexions, cela ne l’empêche pas de traiter de sujets qui n’ont pour certains jamais été autant d’actualité, comme par exemple l’industrialisation abusive, l’avidité de certaines personnes qui ne pensent qu’à s’enrichir, et surtout la tyrannie et l’oppression. En effet, même si la direction artistique peut sembler bon enfant au premier coup d’oeil, cela ne l’empêche pas de servir de support à des sujets bien plus lourds et graves, sans pour autant vous obliger à y faire trop attention ou risquer de choquer les âmes les plus sensibles, ce qui prouve encore une fois à quel point les développeurs des studios “Dreams Uncorporated” et “SYCK” savent ce qu’ils font.

Cependant, il existe tout de même quelques points négatifs à ce jeu, comme par exemple le premier point qui m’a véritablement frappé : Le début du jeu est lent, et plus encore, il risque de vous perdre à cause des évènements qui s’enchaînent parfois de manière un peu incohérente. J’ai même eu l’impression qu’une partie avait été dédoublée. Fort heureusement, le rythme se rattrape très vite, et après l’introduction, tout reprend son cours assez rapidement.

cris-tales-2.jpg

En second, et probablement que pour certains d’entre vous, ce n’en est pas un, ou à peine, on ne peut malheureusement pas sauvegarder à n’importe quel moment. Ce qui peut être relativement frustrant quand on perd plusieurs heures de jeu. Et même si les stations de sauvegardes sont au moins au nombre de une par zone (même si bien souvent il y en a un peu plus), cela n’en reste pas moins dérangeant, car si vous devez quitter pour une quelconque raison au beau milieu d’un donjon, vous devrez soit laisser le jeu tourner, soit tout recommencer.

Pour ce qui est des autres, ils sont assez oubliables pour la plupart, sauf un autre véritable problème, les chargements à répétition. C’est aussi une, et probablement la seule autre, chose qui m’a vraiment ennuyé dans Cris Tales, les temps de chargements répétés, assez longs et incroyablement nombreux. C’est véritablement la seule chose qui m’a fait me rappeler que c’est un studio indépendant qui l’a créé à vrai dire, car à chaque combat, scripté ou non, à chaque changement de zone, à chaque début ou fin de cinématique, un chargement. Ce qui est assez normal me direz-vous… le problème c’est qu’ils sont vraiment, mais vraiment nombreux. Surtout lorsque vous devrez traverser des zones dans lesquelles vous pourrez vous faire agresser à n’importe quel moment, et où il m’est souvent arrivé de devoir attendre plus longtemps pour le chargement du combat que pour le combat lui-même, et cela sans compter le chargement de fin.

Mais mis à part ça, et en conclusion, c’est une véritable petite pépite pour les amoureux du genre que je n’hésite pas à vous recommander, ne serait-ce que pour le plaisir de pouvoir voir les conséquences de vos choix prendre place dans le futur, et surtout pour pouvoir créer vos propres combinaisons de sorts et votre propre style de jeu à l’aide du temps lui-même !

cris-tales-3.jpg

Visits: 172

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *