Dora Puppy – Test Nintendo DS

Nombreux sont les jeux, sur Nintendo DS, dont le principe est d’élever, nourrir et éduquer un animal. Le premier du genre, Nintendogs, a d’ailleurs accompagné la sortie de la console et amené les personnes les plus réticentes aux jeux vidéo à s’y intéresser enfin.

Aujourd’hui, 2K Play nous présente, dans la même veine que les célèbres toutous de Nintendo, Dora Puppy, à destination des 3-5 ans.
La célèbre exploratrice et meilleure amie des enfants, dont les aventures se déclinent de toutes les manières possibles et imaginables, nous revient cette fois accompagnée de son petit chien : Puppy !

Scénario

Vous connaissiez les fidèles compagnons de Dora : Chipeur, Totor et Babouche. Vous allez aujourd’hui faire la connaissance du tout nouvel ami de la jeune exploratrice : le chiot Puppy.
A cette occasion, la fillette va quelque peu abandonner son activité de globe-trotteuse pour s’installer dans le confort de sa maison et s’occuper du nouveau venu. Comme vous l’aurez compris, le joueur incarne la jeune Dora et aura pour mission de : nourrir Puppy quand il a faim/soif, laver Puppy quand il est sale, habiller Puppy avec des t-shirts et des chapeaux aux couleurs éclatantes, apprendre des tours à Puppy (s’asseoir, sauter, attraper la balle), jouer avec Puppy et entraîner Puppy pour remporter le Grand Concours des chiots !

Gameplay

On ne surprendra personne en indiquant que le gameplay de Dora Puppy est plus que similaire à celui de son grand frère et modèle, Nintendogs.
Les contrôles sont basiques et reposent principalement sur l’utilisation du stylet. Ainsi les plus jeunes, qui font leurs premiers pas dans l’univers du jeu vidéo, pourront rapidement prendre le jeu en main.
On retrouve également la même utilisation du microphone intégré à la console. En parlant dans le micro, on peut donner des ordres, féliciter et apprendre de nouveaux tours à super toutou.

Celui-ci fera toujours part de son état d’esprit et de ses besoins à sa jeune propriétaire. Si Puppy a envie de faire ses besoins, il l’expliquera clairement et graphiquement via une bulle, dans l’écran supérieur.

Fidèle à sa réputation, Dora accompagne les enfants tout du long, en leur indiquant oralement, à chaque fois, ce qu’il faut faire et comment. Au passage, et comme dans le dessin animé, la fillette va apprendre quelques mots d’anglais à ses jeunes interlocuteurs.
Dora Puppy étant réservé aux plus petits, les textes en sont absents et c’est avant tout sur les formes et les couleurs que sont basés les mini-jeux. Ainsi faudra-t-il, au joueur, identifier les objets les plus petits des plus grands ou encore retrouver les objets de la couleur demandée.

Evidemment, plus le joueur s’occupera du chiot, mieux il s’occupera du chiot, et plus de jetons Ouaf il gagnera. Cet argent made in Dora Puppy permettra d’acheter tout un tas d’objets ludiques à la boutique : vêtements, jouets, autocollants et autres accessoires. Grâce au petit pécule gagné en s’occupant du chiot, celui-ci pourra s’inscrire au Grand concours des chiots, où il devra remporter une course d’obstacles et être le plus beau à défiler pour les juges !

Jouabilité

Le gameplay étant des plus basiques et des plus simples, puisque Dora Puppy est destiné aux petits joueurs à partir de 3 ans, on ne note évidemment pas de fausse note particulière. Aussi se contentera-t-on de reprocher, outre sa lourdeur et sa répétitivité, deux petites choses au jeu…
La première concerne l’utilisation du micro. La console répond davantage au ton, au volume de la voix, plutôt qu’aux sonorités ou aux mots en particulier. Si nous n’irons pas jusqu’à dire qu’on peut tout dire et n’importe quoi, à condition de maîtriser le ton, nous n’en sommes malgré tout pas si loin.
Le second reproche se situe au niveau de l’incohérence des gestes pour déclencher certaines actions : est-il vraiment judicieux de devoir tapoter sur l’écran tactile de la console pour tirer une corde ?

Graphismes

Dora Puppy reprend la charte graphique de la licence Dora. Aussi le jeu se revèle-t-il graphiquement des plus simples mais aussi des plus faciles à comprendre. Chaque activité et chaque lieu est représenté fidèlement et explicitement par une petite icône.

Sons

Hmmm… Avec un jeu où les textes sont absents et où Dora accompagne oralement le joueur tout du long, il est difficile de ne pas devenir fou, pour les plus grands en tout cas. La jeune exploratrice répétant inlassablement les mêmes phrases, sur le même ton, on n’a qu’une envie : couper le son de la console !
Malgré tout, ne perdons pas de vue l’avantage de la chose. Le jeune joueur gagne en autonomie puisqu’il n’a pas besoin, cette fois, de venir voir son papa, sa maman, son grand frère ou sa grande soeur pour que celui-ci lui lise les instructions sur l’écran. Qui plus est, l’omniprésence et la voix de la jeune exploratrice sont, sans aucun doute, rassurantes pour un enfant qui découvre l’univers des jeux vidéo.

Durée de vie

Si, les premiers temps, le jeune joueur passera sans doute de longues minutes avec Dora Puppy, découvrant et apprenant peu à peu comment jouer, il y a aussi de fortes chances pour qu’il s’en lasse assez rapidement. La répétitivité des actions et le manque de nouveautés devraient vite avoir raison de la passion de l’enfant, qui grandit chaque jour davantage et s’intéresse toujours plus aux jeux des grands !

Conclusion

Dora Puppy est à destination des jeunes enfants, dès 3 ans. Il est cependant fort probable qu’au-delà de son quatrième anniversaire, le petit joueur ne s’intéresse plus à ce jeu, pas assez évolutif et qui peut difficilement rivaliser avec les stars de la cour de récréation que sont, aujourd’hui, les Ben 10, Bakugan, Gormiti et autres Spiderman.
Malgré tout, ce titre ludo-éducatif permet aux plus petits de s’initier au monde du jeu vidéo et de découvrir qu’avoir un chien est également synonyme de responsabilités.

Note : 13/20

Visits: 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *